06 janvier 2013

Les tapuscrits de Maurice Roman

«Je vais envoyer quelques nouvelles pages à Marc Hodges » déclare Maurice Roman à ses lecteurs. Bien. J’ai accepté, j’ai même proposé, de lui servir de truchement numérique et je ne vais pas m’en plaindre. Simplement, ce qu’il ne dit pas, c’est comment se présentent les pages qu’il m’envoie. Elles sont en fait constituées de quelque chose comme des paragraphes, généralement assez courts (pas plus de vingt lignes), numérotés ou non mélangeant fragments de récits de sa vie et réflexions plus ou moins littéraires, philosophiques,... [Lire la suite]

28 décembre 2012

La lecture

«Je me suis bien endormi sur ma lecture d’Adorno, éveillé aussi. C'est une pensée stimulante. Mes notes sur le volume montrent que je l'avais lu et je me rends même compte que j'avais fait mienne certaines de ses idées en oubliant totalement d'où elles venaient. Faut-il parler de plagiat mémoriel ou d'acculturation ? Je suis mémoire et oubli. J’ai oublié presque tout de ce qui a été ma vie et pourtant, comme le montre ma lecture d’Adorno, la mémoire me constitue à un point tel que le présent de ma pensée est en partie constitué d’une... [Lire la suite]
Posté par hodges à 18:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
16 décembre 2012

reconstruire le passé

« J’ai dix huit mois, dit Maurice Roman, et le visage toujours aussi rond, coupé en deux par l’éclairage dessinant le profil droit sur la face, les joues pleines, les yeux ronds grand ouverts sur qui me photographie, une petite bouche serrée, quelque chose de figé comme si l’on m’avait intimé l’ordre de ne pas bouger, l’air sérieux, attentif, peut-être même vaguement craintif qui m’interdit de sourire. Quelques mèches de cheveux que je devine blondes sortent d’un bonnet à bordure de dentelle qui souligne et enserre tout mon... [Lire la suite]
Posté par hodges à 18:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
10 décembre 2012

le goût de la rhubarbe fraîche

«Parfois j’ai quelques souvenirs au bord des lèvres, écrit Maurice roman, une image plus ou moins floue, un fragment de parole, un son, une odeur, un parfum émergent de ma mémoire évoquant, comme une vielle photographie décolorée et usée par le temps, quelque chose qui a été, dont je suis sûr que ça a été. Pourtant, malgré mes efforts, et peut-être encore moins quand je m’y efforce, je n’arrive à rien construire à partir de là. J’ai en moi quelque chose qui demande à devenir perceptible, visible, un moment de ma vie qui voudrait venir... [Lire la suite]
Posté par hodges à 17:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
05 décembre 2012

Preuves du souvenir

Maurice Roman va ainsi passer du temps à rechercher tous les objets, toutes les images qui pourraient lui permettre de recréer ce temps dont il déplore la perte. Y a-t-il dans cette recherche la volonté illusoire de reconstruire cette vie dont il ne cesse de dire qu’elle lui échappe ? Ainsi de quelques souvenirs isolés se posant dans sa mémoire comme des photographies dont il n’aurait pas retrouvé la preuve matérielle mais qui, pourtant, lui semblent indéniables : «Ce souvenir fugitif — il évoque un homme qui lui aurait un... [Lire la suite]
26 novembre 2012

Le temps perdu

Peu sûr de sa mémoire, persuadé que les souvenirs sont souvent reconstruits ou même simplement, plus ou moins involontairement, inventés, Maurice Roman cherche sans cesse des preuves de ce qu’il croit savoir de son passé. Aussi ne résiste-t-il pas au plaisir de décrire quelques photographies retrouvées dans son grenier: «Sur la première de ces photos (Maurice 3 juillet 1923), j’ai donc sept mois. Un gros bébé joufflu, bien potelé, ventre rebondi et plissé, assis, nu, sur un petit fauteuil formé de deux coussins, l’un horizontal,... [Lire la suite]

18 novembre 2012

nécessité de l'écriture

«Plus j’écris et plus je sens en moi un désir d’écriture autre mais je ne parviens pas à bien définir ce que pourrait être cet autre», déclare Maurice Roman qui continue : «Je sens un vrai manque d’adéquation entre mon désir et mes productions. Changer… mais comment, vers où aller ? Le fait que Marc Hodges réécrive mes notes pour en faire des pages, d’une part en faisant comme si je les avais écrites moi-même, d’autre part en les présentant comme son récit et ses commentaires personnels, n’est sûrement pas étranger à cet... [Lire la suite]
09 novembre 2012

L'ordre des textes

Les notes que m’a communiquées Maurice Roman, ne sont pas classées. Il y a, dans leur ensemble quelque chose des Pensées de Pascal car il me laisse inventer mon ordre et si certains passages semblent obéir à une chronologie, raconter une vie dans son ordre, la plupart ne se rattachent à rien de précis au point que, établissant sa biographie, je me demande bien si je ne trahis pas sa volonté profonde qui est de laisser un aléatoire gérer les relations. Les lecteurs jugeront. En exemple, je livre ici quelques uns de ces fragments tels... [Lire la suite]
24 octobre 2012

Maurice Roman et l'écriture

«L’écrivain est autiste. Vivant dans le monde des mots, il façonne l’univers à la mesure de son vocabulaire. Les mots, leurs sonorités, leurs formes, les associations diverses qu’ils permettent, lui sont le monde ou, plus exactement la matière du monde avec laquelle il va élaborer, avec plus ou moins de difficulté, mais aussi avec une grande jouissance, ces univers dont il est alors le seul maître. Sentiment de toute puissance, autosatisfaction, il peut se passer des autres. Seuls ce qui se disent ses lecteurs trouve grâce à ses yeux.... [Lire la suite]
Posté par hodges à 18:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
18 octobre 2012

Pertes de mémoire

Les écrivains ne sont pas des dieux ; ils ne maîtrisent rien de la complexité des écheveaux de vies humaines qui se nouent sans cesse les unes aux autres au point de faire des pelotes de nœuds dont personne ne parvient à démêler les fils. La simplicité naïve du projet — raconter une vie, mettre sa mémoire sur le papier — se heurte rapidement à l’obligation des choix car quel fait a plus d’importance que les autres, quel fait mérite d’être rapporté alors que l’autre ne l’est pas ? Raconter sa vie c’est se mettre en... [Lire la suite]