17 octobre 2012

Découvrir le monde

«Je m’ouvrais au monde mais ce monde visible était alors si peu de choses. Au-dessus de ce que j’appris plus tard être mon berceau, un plafond de planches mal jointes d’où, parfois, tombait un peu de poussière et deux êtres, par alternances, qui me devinrent peu à peu familiers. Plus exactement peu à peu émergea du brouillard où je me trouvais une surface vaguement grise, presque uniforme avec de ci de là des tâches plus brunes et des rayures noires mais je ne savais alors ni ce qu’était un plafond, ni ce qu’étaient des planches ni... [Lire la suite]

06 octobre 2012

Naissance de Maurice Roman

«Toutes ces fêtes me sont si familières… Au travers de quelques autres toutes semblables, j’assiste à la noce de mes parents, j’y suis, je la vois, aussi présente que le paysage d’aube sur lequel s’ouvre aujourd’hui ma fenêtre. La longueur des préparatifs qui font, dans le village d’habitude si routinier, monter une fébrilité joyeuse ; les femmes qui chuchotent en commençant à regarder la jeune fille qu’était ma mère comme une des leurs ; l’étonnement des villageois lorsqu’ils se rencontrent et discutent sur la place ne... [Lire la suite]
Posté par hodges à 15:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
28 septembre 2012

Le sens du temps

«Je suis tout d’intérieur, ne vis plus aucune aventure, dehors le monde a son poids, son soleil, son odeur, ses règles de vie, ses événements minuscules. Je marche dans mon espace propre ignorant ce qui pourrait advenir, insensible au bruit des villes, parfois même à celui du vent. Partagé entre la fouille de ma mémoire et l’inanité du présent, j’ai des moments de doute, cherche, me cherche dans le puzzle de mes livres, me demande ce qui aurait pu être et n’a pas été, où ma trajectoire a bifurqué. Je pèse le temps au poids silencieux... [Lire la suite]
Posté par hodges à 07:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
16 septembre 2012

Oubli et mémoire

Disant qu’il n’a jamais écrit avant son autobiographie, Maurice Roman triche, son écriture est trop affirmée pour que cette affirmation soit vraie. Pour avoir accès à ses archives, je sais que tout au long des multiples aléas de sa vie, il a écrit, beaucoup, parfois même publié ici ou là, des articles, des nouvelles, des poèmes même s’il ne considérait alors l’écriture que comme un petit gagne pain ou une distraction. Ce qui a changé avec l’écriture de « Ma Vie », c’est que cette activité occupe désormais, dans son esprit,... [Lire la suite]
09 septembre 2012

Pourquoi écrire ?

Pourquoi redire autrement ce que Maurice Roman raconte sur son blog ? Je pense désormais préférable de donner d’autres visions, de choisir d’autres angles d’attaque de son écriture. La commenter peut-être. Ainsi Maurice Roman est tout à fait conscient que son style a quelque chose de daté, que, cherchant une écriture souple, discrète, fluide, ne prenant pas le lecteur en otage, ne se mettant qu’au service du récit qu’elle porte, il écrit comme on écrivait avant-guerre alors que la plupart des jeunes auteurs font de leur écriture... [Lire la suite]
26 août 2012

Mariage des parents de Maurice Roman

La Roche, dit quelque part Maurice Roman, était un village sauvage, isolé par des forêts épaisses, des marais, de vagues pâtures où des masses de granit jouaient le rôle de sentinelle, séparé de plusieurs kilomètres d’autres villages tout aussi frustes et aller à Mende, la ville la plus proche, demandait plusieurs heures de marche ou de charrettes car pour les voitures, il faudrait attendre, d’autant que la route d’accès n’était guère qu’un chemin de terre et de cailloux, presque impraticable en temps de pluie ou de neige. Grâce à... [Lire la suite]

25 août 2012

Photos d'enfance

Le thème central de Maurice Roman semble être la mémoire, l’oubli, le peu de traces que l’homme garde de sa vie dans son cerveau pourtant si encombré de mots et de phrases. Aussi s’efforce-t-il de trouver tout ce qui peut l’aider à reconstituer son passé. Ainsi des portraits et des photographies parmi lesquelles quatre de son enfance semblent avoir pour lui une importance particulière. La première, qui porterait au dos la mention « Maurice 3 juillet 1923 » le représente à sept mois : un gros bébé joufflu, potelé, ventre... [Lire la suite]
Posté par hodges à 12:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
17 août 2012

Une écriture faussement modeste

«J’ai passé la nuit à lire un petit livre trouvé hier dans la boîte à cinquante centimes d’un des bouquinistes du village. Il s’agit de «Tourments sur le causse» d’une certaine Juliette Le Sauze, publié en 1957 dans la collection Sic des éditions tout aussi oubliées P. Hervieux et R. Voyeux. Ce livre raconte, mal, dans un style très scolaire, une partie de mon enfance: la vie d’une institutrice dans les «écoles taudi» de Lozère avant la deuxième guerre mondiale. Si, par un hasard étrange, certains de mes «amis» s’intéressent à mes... [Lire la suite]
Posté par hodges à 18:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
10 août 2012

L'écriture de Maurice Roman

Comme à son habitude, Maurice Roman mêle impressions, souvenirs et réflexions : « Mon père ignorait bien sûr, parce qu’il n’y en avait alors aucun enregistrement que c’était l’année de la Symphonie n° 2 d’Albert Roussel, compositeur majeur dont je ne suis pas sûr qu’il ait même connu l’existence. » On sait à quel point le thème du souvenir, de la mémoire, de l’oubli mais aussi de l’invention de la mémoire et son rapport à la fiction le préoccupe. Maurice Roman semble persuadé que c’est par l’écriture qu’il retrouvera... [Lire la suite]
06 août 2012

Jules Mazel

Maurice Roman ne cesse de se demander pourquoi il écrit. Il n’ignore pas qu’il n'a plus l'âge de commencer une carrière d'écrivain ou même de trouver un éditeur. N'ayant jamais voulu d'enfant, il n'a aucun récit familial à léguer à qui que ce soit et Ronald Cline son petit neveu, n'a jamais manifesté le moindre intérêt pour la littérature… Pourquoi donc, pour qui, n'étant plus intéressé ni par l'argent (est-ce d'ailleurs une façon d'en gagner?) ni pour la gloire? Il est peut-être davantage pétri de mots qu’il ne le pense. Nous sommes... [Lire la suite]