10 septembre 2015

Maurice Roman est mort

Maurice Roman est mort. Vraisemblablement entre les 6 et 8 septembre. Ses voisins, inquiets de ne pas le voir depuis quelques jours l’ont découvert dans une de ses chambres, sous une de ses couvertures-symboles du rétrécissement progressif de sa vie et qu’il aimait tant au point d’avoir même fini par en faire une œuvre artistique comme l’a révélé le site GreaTopArt. Il a été incinéré hier, mercredi 9, entouré d’une poignée d’amis. Il avait 92 ans et  presque neuf mois d’une vie bien remplie. Paix à son âme — même si je ne suis... [Lire la suite]

22 mai 2015

une démarche schizophrène

Pourquoi me suis-je attelé à cette obligation absurde d’écrire, à sa place, la vie de Maurice Roman en me donnant la contrainte forte d’utiliser essentiellement les fragments que lui-même m’envoie jour après jour ? Écrire une biographie n’a rien d’original ni de compliqué, mais écrire une biographie en s’efforçant de le faire, sans disposer d’une vue d’ensemble, à partir de fragments reçus aléatoirement et dans le désordre est une gageure. Pourtant, tout en mesurant la difficulté et en toute connaissance de cause des servitudes... [Lire la suite]
31 janvier 2014

je ne suis pas Maurice Roman

On me demande — je me le demande aussi — pourquoi poursuivre l’écriture ce roman qui n’est pas le mien du roman que Maurice Roman ne veut pas écrire lui-même ? Il y a là bien entendu quelque chose qui peut paraître absurde à qui ne s’est jamais posé la question de l’écriture. Ce roman ne sera jamais publié et si je le dépose sur un blog, sachant pertinamment que ses chances statistiques de rencontrer ne serait-ce qu’un lecteur sont proches du zéro absolu (750 visiteurs en deux ans, certains venus depuis Google par des demandes... [Lire la suite]
Posté par hodges à 11:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
07 janvier 2014

je ne suis pas le nègre de Maurice Roman

Jouez avec les allumettes entraîne toujours le risque de mettre le feu. J’aurais dû penser à ça avant d’entamer l’étrange relation d’écriture qui me lie désormais à Maurice Roman. Trouvant intéressants les extraits de roman qu’il publiait sur Facebook, puis que, à ma demande, il se mit à m’envoyer, frustré de ne le voir jamais réellement entamer son autobiographie, j’ai décidé, d’abord par jeu, de me substituer à lui et, à partir de ces fragments, écrire cette autobiographie qu’il promettait mais n’écrivait jamais. Agissant ainsi, je... [Lire la suite]
29 août 2013

Maurice Roman et la mémoire

Ce que rapporte Maurice Roman dans son autobiographie peut, à certains, paraître d’une banalité affligeante, pourtant, comme chacun sait, si le diable se dissimule dans les détails, de divines surprises peuvent aussi y trouver leur place car ce qui m’importe dans ces textes, ce sont moins les faits — d’ailleurs peu nombreux — que la façon de les rapporter qui m’importe. Peut-être encore davantage, les espaces qu’il ménage entre les faits. Maurice Roman centre, ce qui est naturel dans une autobiographie, ses écrits sur le souvenir, la... [Lire la suite]
Posté par hodges à 15:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
14 juillet 2013

la mort

Décidément le temps n'est pas avec moi: pas envie de sortir, pas envie de travailler, pas envie de lire, pas envie d'écrire. Je traîne d'un fauteuil à une chaise et d'une chaise à un fauteuil. Je n'ai envie de travailler que quand je fais un minimum de marche car bouger active mes neurones. Pourtant il faudra bien que je me décide. Difficile d’ignorer le « Madame Bovary » de Gustave Flaubert ; je n’ignore pas que parlant de Maurice Roman, c’est en partie de moi que je parle, que dans cette volonté un peu stupide, dans... [Lire la suite]
Posté par hodges à 10:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 mai 2013

un présent passé

Je ne me demande plus si je ne suis pas entrain d’inventer l’autobiographie de Maurice Roman, je l’invente. Mais je ne l’invente qu’à partir des fragments qu’il me fournit lui-même. J’aurais peut-être dû intituler ces écrits « Biographie de Maurice Roman » car c’est une tradition de la biographie que de combler les manques par l’invention de l’auteur. Seulement ma situation est un peu plus complexe : Maurice Roman est vivant, il lit ce que je publie et m’envoie de nouveaux fragments en n’ignorant rien de ce que je fais.... [Lire la suite]
Posté par hodges à 11:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
09 avril 2013

où nous mène Maurice Roman ?

L’autobiographie de Maurice Roman (n’intitule-t-il pas son ouvrage « ma vie » ?) n’a que peu à voir avec une réelle autobiographie car elle est infiniment lacunaire. De son enfance, par exemple, il ne dit presque rien. À peine rapporte-t-il quelques anecdotes qui lui semblent essentielles amis qui laissent leur lecteur sur leur faim. Car enfin nous ne savons presque rien sur cette école où il a passé plusieurs années et qu’il ne fait qu’évoquer comme si la nomination seule permettait au lecteur de se faire une idée de... [Lire la suite]
Posté par hodges à 19:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
24 mars 2013

roman d'une autobiographie

Maurice Roman a une curieuse façon de construire ses récits. tantôt il reste dans la chronologie stricte et, s’engluant dans le souvenir, nous rapporte l’un après l’autre quelques uns des événements qui ont marqué son enfance ou sa vie ; tantôt il écrit de longues digressions sur l’écriture : « plus j’écris, plus je sens en moi un désir d’écriture autre mais je ne parviens pas à bien définir ce que pourrait être cet autre. Je sens un vrai manque d’adéquation entre mon désir et mes productions. Changer… mais comment,... [Lire la suite]
06 janvier 2013

Les tapuscrits de Maurice Roman

«Je vais envoyer quelques nouvelles pages à Marc Hodges » déclare Maurice Roman à ses lecteurs. Bien. J’ai accepté, j’ai même proposé, de lui servir de truchement numérique et je ne vais pas m’en plaindre. Simplement, ce qu’il ne dit pas, c’est comment se présentent les pages qu’il m’envoie. Elles sont en fait constituées de quelque chose comme des paragraphes, généralement assez courts (pas plus de vingt lignes), numérotés ou non mélangeant fragments de récits de sa vie et réflexions plus ou moins littéraires, philosophiques,... [Lire la suite]