04 février 2013

des souvenirs

«Le souvenir est comme un chien qui se couche où il lui plaît » dit Cees Nooteboom dans Rituels. J’aime cette phrase même si je n’en approuve pas le sens, du moins telle que je la comprends. S’il y a en effet une certaine indépendance du souvenir, la vie n’a vraiment de sens que celle que nous lui donnons, nous portons la responsabilité entière de ce que nous sommes, de ce que nous faisons. Toute ma vie, j’ai essayé de devenir quelqu’un, m’efforçant de produire des choses que je croyais remarquables, je me suis effacé devant... [Lire la suite]

17 juillet 2012

Comment ne pas trahir Maurice Roman

J’ai parfois quelque mal à me retrouver dans les notes que m’envoie Maurice Roman qui mêle, sans distinction, réflexions sur son écriture, récits de sa vie présente et autobiographie. Ainsi ce paragraphe suivant est le produit de quatre de ses notes: «Je me rends bien compte que j’écris comme on écrivait avant-guerre cherchant une écriture souple, discrète, fluide, ne prenant pas le lecteur en otage quand la plupart des jeunes auteurs d’aujourd’hui recherchent le contraire ne mettant l’écriture qu’au service d’elle-même; je la veux... [Lire la suite]
18 avril 2012

L'écriture de Maurice Roman

Ce qui caractérise l’écriture de Maurice Roman, ce qui, pour moi, en fait tout l’intérêt, c’est qu’elle est inquiète, incertaine, s’interroge sans cesse sur elle-même. Il dit par exemple « C’est une grande prétention de croire que ma vie peut intéresser qui que ce soit d’autres. Je ne l’ignore pas mais, à l’âge que, en dépit des épreuves et des erreurs, j’ai fini par atteindre, j’éprouve le besoin de faire le point sur toutes ces années passées avec l’illusion naïve que mon expérience peut présenter quelque intérêt. Si nombreux... [Lire la suite]
08 avril 2012

Un instituteur à La Roche

C’est une grande naïveté, pour Maurice Roman de croire que sa vie peut intéresser qui que ce soit d’autre que lui. Il ne l’ignore pas mais, à l’âge que, en dépit des épreuves et des erreurs, il a fini par atteindre, il ne lui reste plus guère que le passé et il éprouve le besoin de faire le point sur toutes ces années passées avec l’illusion que son expérience peut présenter quelque intérêt. Mais si nombreux sont ceux qui ont dit ça avant lui, si nombreuses sont les confessions ou biographies sans intérêt que nous avons pu lire…... [Lire la suite]
Posté par hodges à 09:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
04 avril 2012

Le village de La Roche

Maurice Roman dit que son père arriva à La roche en janvier 1919, village qu’il décrit ainsi : «La Roche, un village ordinaire et même plutôt médiocre, rude, sauvage, tassé autour d’un gros caillou, devant pour l’essentiel son nom à une « roche branlante », un phénomène naturel, une curiosité locale, un rocher depuis toujours en équilibre mobile sur un autre que, depuis la nuit des temps, c’est-à-dire de mémoire d’homme, les enfants, se prenant pour des géants de légende, s’amusaient à faire bouger. La population de... [Lire la suite]
Posté par hodges à 10:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
25 mars 2012

Lucien, Jean, Aristide Roman

Je continue et résume ce que m'a rapporté Maurice Roman: «Écrivant, Maurice Roman s’est trouvé une nouvelle compagn : la mémoire, il passe désormais une grande partie de ses journées à tenter de se rappeler des événements passés, remuer les vieux papiers et les photos que sa famille a conservés dans ses successifs greniers et que, pour sa part, il s’est toujours refusé à jeter. Un univers occulté, oublié, dans sa revenue au jour force ainsi son esprit à se rappeler, peut-être à croire se rappeler, à construire des souvenirs qui ne... [Lire la suite]
20 mars 2012

Un instituteur et la guerre

L’expression de Maurice Roman, lorsqu’il rend compte de sa vie est parfois étrange. Ainsi de la première phrase de son deuxième paragraphe que j’avoue de ne pas bien comprendre : « Ici, je me ressemble ». Que veut-il dire ? Simplement peut-être qu’ayant consacré une grande partie de sa vie aux livres et à la lecture, le fait qu’il se décide enfin à écrire le réconcilie avec lui-même : il n’aurait ainsi pas totalement perdu son temps… Hypothèse. Toute lecture étant une analyse, le lecteur décidera lui-même.... [Lire la suite]