14 décembre 2013

Du fragment

Écrire, à partir de l’ensemble de fragments divers, mêlés, désordonnés que Maurice Roman m’a donné un roman ayant une certaine cohérence et un ordre linéaire n’est pas sans me poser quelques problèmes. Comme une guêpe, je tourne avec insistance autour des mots de chaque phrase essayant de trouver en elle l’élément qui me permettrait de la raccrocher à quelques autres. Bien sûr il y a la temporalité. Tel fragment se rapporte indéniablement à l’enfance, tel autre à la vieillesse, tel autre à la maturité mais rien n’est daté et je ne... [Lire la suite]
Posté par hodges à 10:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

09 septembre 2013

Pourquoi Maurice Roman ?

Quelques un de mes trop rares lecteurs me demandent pourquoi je m’intéresse tant à la Vie de Maurice Roman au point de mettre en forme les rares fragments désordonnés qu’il me fait parvenir. À cela deux réponses : d’abord comme disait Montaigne « parce que c’était lui, parce que c’était moi », les affinités électives n’ont pas à se justifier et je me sens en communauté d’âme avec ce vieil homme que je n’ai jamais rencontré mais qui me semble parler comme je pourrais le faire dans une trentaine d’années ; ensuite... [Lire la suite]
29 août 2013

Maurice Roman et la mémoire

Ce que rapporte Maurice Roman dans son autobiographie peut, à certains, paraître d’une banalité affligeante, pourtant, comme chacun sait, si le diable se dissimule dans les détails, de divines surprises peuvent aussi y trouver leur place car ce qui m’importe dans ces textes, ce sont moins les faits — d’ailleurs peu nombreux — que la façon de les rapporter qui m’importe. Peut-être encore davantage, les espaces qu’il ménage entre les faits. Maurice Roman centre, ce qui est naturel dans une autobiographie, ses écrits sur le souvenir, la... [Lire la suite]
Posté par hodges à 15:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
14 juillet 2013

la mort

Décidément le temps n'est pas avec moi: pas envie de sortir, pas envie de travailler, pas envie de lire, pas envie d'écrire. Je traîne d'un fauteuil à une chaise et d'une chaise à un fauteuil. Je n'ai envie de travailler que quand je fais un minimum de marche car bouger active mes neurones. Pourtant il faudra bien que je me décide. Difficile d’ignorer le « Madame Bovary » de Gustave Flaubert ; je n’ignore pas que parlant de Maurice Roman, c’est en partie de moi que je parle, que dans cette volonté un peu stupide, dans... [Lire la suite]
Posté par hodges à 10:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 décembre 2012

le goût de la rhubarbe fraîche

«Parfois j’ai quelques souvenirs au bord des lèvres, écrit Maurice roman, une image plus ou moins floue, un fragment de parole, un son, une odeur, un parfum émergent de ma mémoire évoquant, comme une vielle photographie décolorée et usée par le temps, quelque chose qui a été, dont je suis sûr que ça a été. Pourtant, malgré mes efforts, et peut-être encore moins quand je m’y efforce, je n’arrive à rien construire à partir de là. J’ai en moi quelque chose qui demande à devenir perceptible, visible, un moment de ma vie qui voudrait venir... [Lire la suite]
Posté par hodges à 17:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
28 septembre 2012

Le sens du temps

«Je suis tout d’intérieur, ne vis plus aucune aventure, dehors le monde a son poids, son soleil, son odeur, ses règles de vie, ses événements minuscules. Je marche dans mon espace propre ignorant ce qui pourrait advenir, insensible au bruit des villes, parfois même à celui du vent. Partagé entre la fouille de ma mémoire et l’inanité du présent, j’ai des moments de doute, cherche, me cherche dans le puzzle de mes livres, me demande ce qui aurait pu être et n’a pas été, où ma trajectoire a bifurqué. Je pèse le temps au poids silencieux... [Lire la suite]
Posté par hodges à 07:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,