28 décembre 2012

La lecture

«Je me suis bien endormi sur ma lecture d’Adorno, éveillé aussi. C'est une pensée stimulante. Mes notes sur le volume montrent que je l'avais lu et je me rends même compte que j'avais fait mienne certaines de ses idées en oubliant totalement d'où elles venaient. Faut-il parler de plagiat mémoriel ou d'acculturation ? Je suis mémoire et oubli. J’ai oublié presque tout de ce qui a été ma vie et pourtant, comme le montre ma lecture d’Adorno, la mémoire me constitue à un point tel que le présent de ma pensée est en partie constitué d’une... [Lire la suite]
Posté par hodges à 18:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

28 septembre 2012

Le sens du temps

«Je suis tout d’intérieur, ne vis plus aucune aventure, dehors le monde a son poids, son soleil, son odeur, ses règles de vie, ses événements minuscules. Je marche dans mon espace propre ignorant ce qui pourrait advenir, insensible au bruit des villes, parfois même à celui du vent. Partagé entre la fouille de ma mémoire et l’inanité du présent, j’ai des moments de doute, cherche, me cherche dans le puzzle de mes livres, me demande ce qui aurait pu être et n’a pas été, où ma trajectoire a bifurqué. Je pèse le temps au poids silencieux... [Lire la suite]
Posté par hodges à 07:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
01 juin 2012

Maurice Roman et l'écriture

J’aime Maurice Roman parce qu’il est seul, se veut seul, ne cherche ni la flagornerie, ni la complaisance, il écrit. En dehors de modes. En dehors d’une quémande éditoriale. En dehors de la recherche effrénée d’un public. Il écrit. Pour lui, peut-être pour réunir ce qui l’a fait, certainement pour continuer à vivre. Je ne sais pas si un écrivain se définit ainsi, dans cette solitude absolue de l’écriture, dans l’enfermement de la vie par l’imaginaire qu’elle entraine mais c’est ainsi. N’attendant plus rien de la vie qui l’entoure, il... [Lire la suite]
Posté par hodges à 11:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
23 avril 2012

Écrire

Maurice Roman n’est pas très régulier dans son écriture aussi je ne sais jamais d’avance quand je vais pouvoir publier ses textes. Pluie, fatigue, légère dépression de celui qui, se sentant arriver au bout d’une longue marche, regarde en arrière et mesure avec regret tout ce qu’il a parcouru, certains jours il n’écrit rien. Écrire tous les jours, quoi qu'il arrive, une page au lever, au coucher, lui est une tâche impossible. Il ne sait pas s’adonner à l'écriture comme à une discipline de vie. Et, quand il écrit, ce sont généralement... [Lire la suite]